Les chiffres de la publicité en Ligne en Afrique et dans le monde

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Pendant que les médias hors web verront leurs investissements se tasser, internet connaîtra une croissance d’un peu plus de 16% (elle passera de 20 à 10% d’ici 2019) en moyenne sur le total des investissements publicitaires en Afrique et dans le monde. D’ici 2019, internet s’imposera comme alternative efficace pour communiquer et les marqueteurs ou les managers mettront désormais ses outils de communication au centre de leur mix. Ainsi les statistiques montrent que le numérique pèsera d’ici là pour au moins 30% sur les investissements publicitaires en Afrique et Dans le monde.

top 20 au monde - pub en ligne

Le plus gros investisseur dans la publicité numérique reste les Etats unis, avec un chiffre autour de 49.5 milliards de dollars et 50.73 milliards de dollars (emarketer.com) en 2014. Ce qui représente le double des investissements chinois dans le secteur qui pourtant est le deuxième au monde avec un chiffre autour de 23 milliards de dollars pour 2014. Dans le top 22, jusqu’en 2019, pour le moment aucun pays africain n’est prévus, les investissements sur le secteur sont jugé très faible. En termes de région l’Afrique fait alors son apparition avec un total de 2.3% en 2018 sur les investissements global prévisionnels dans la publicité en ligne.

chiffres pub par region

Comment l’Afrique pourrait-elle impacter le secteur d’e-publicité :

En effet 2018 c’est dans 3 ans, mais en trois ans l’Afrique à la capacité de travailler à ce que ses investissements atteignent et dépassent les 10% pour l’année 2019 et ainsi le tisser à la quatrième place du monde. Deux principaux obstacles sont à l’origine de cette performance négative :

  • Le manque d’impulsion de certains états de la culture web
  • L’esprit réfractaire de certains potentiels investisseurs africains

Mais à noter aussi :

  • L’Absence réelle des géants du web en Afrique (Facebook, Twitter, Amazon, …)
  • Les investissements détournés ne sont pas pris en compte (il s’agit des publicitaires qui commandent en dehors de l’Afrique pour des campagnes qui ciblent pourtant l’Afrique)
  • La difficulté de retracer à hauteur continentale les données africaines

Une correction de ses cinq points rendrait au secteur publicitaire web en Afrique un grand service et lui permettra de connaitre des croissances à 3 chiffres sur les 3 années à venir.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *