Pas de nouvelle licence pour Uber à Londres – décision de Transport for London

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

La licence d’Uber, l’opérateur de VTC dans la capitale britannique expire le 30 septembre 2017 alors que la firme vient de recevoir un refus de renouvellement. Sauf rebondissement de dernière minute, Uber vit ses derniers 60 jours à Londres toutes procédures confondues. Comment et pourquoi cela arrive-t-il ???

 

La firme américaine des voitures de transports avec chauffeurs (VTC) qui opère en Grande Bretagne depuis 2015 vient (depuis ce 22 septembre 2017) de recevoir un refus de renouvellement de sa licence d’exploitation à Londres. La principale raison de ce refus émit par Transport for London se résume par l’expression « manque de responsabilité ». un réfus suivi et soutenue par le maire de Londres en personne Sadiq Khan . «l’approche et la conduite d’Uber démontrent un manque de responsabilité d’entreprise en relation avec un certain nombre de problèmes qui peuvent avoir des conséquences en matière de sûreté publique et de sécurité» – Transport for London.

 

Dara Khosrowshahi, le PDG dans une lettre ouverte aux Londoniens publiée le lundi 25 septembre 2017  « Je présente mes excuses pour les erreurs que nous avons faites ». Des excuses apparemment pas suffisantes car même si Uber fait appel de cette décision les chances sont minces pour qu’il passe sans de réels engagement au sujet de la sécurité et de la sureté des habitants de Londres.  Uber compte seulement à Londres près de 40 000 chauffeurs et 3.5 millions d’utilisateurs. Ce n’est pas la première fois qu’Uber soit obligé d’affronter la justice d’un pays ou d’une grande ville. On se rappel de la plainte que la ville de Portland avait adressé à Uber. Rien que le dimanche, Uber avait déjà plus de 600 000 signatures pour le maintien de son activité à Londres.

 

Plus de 600.000 personnes avaient déjà signé dimanche la pétition lancée deux jours plus tôt sur change.org pour demander à l’autorité des Transports de Londres (TfL) de revenir sur sa décision de bannir la compagnie Uber de la capitale britannique.

 

La décision de Transport for London intervient quatre jours après la publication par la régie de ses nouveaux tarifs permettant d’obtenir une licence pour circuler dans Londres. Ces derniers ont explosé, passant de 2 826 livres Sterling il y a cinq ans à 2,9 millions de livres Sterling, soit l’équivalent de 3,2 millions d’euros, pour les cinq prochaines années. Transport for London a fait savoir que ce bond spectaculaire des tarifs ne visait pas spécifiquement Uber, mais permettait d’assurer le coût du traitement administratif des dossiers de VTC et de veiller à ce que ces derniers respectent les règles en vigueur dans la capitale anglaise.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *