Baisse des valeurs IT au NASDAQ – la crise chinoise et l’IT en Afrique

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Les actions tremblent en chine, mais pas seulement au NASDAQ aussi. Réputée pour ses cotations boursières des géants du web et de l’IT (Technologie de l’Information) en générale, les valeurs boursières des principaux géants du web affichaient quelques fluctuations négatives. On note une baisse moyenne de plus de 3% au NASDAQ depuis hier. Facebook, Twitter, Apple, Google, Amazon, …. Rare sont les épargnés. La question est qu’es ce que cela coûtera à l’Afrique ???

 

Il fallait s’attendre à ce que les valeurs boursières du monde entier se rétractent fasse à cette crise qui secoue la chine.  Quand Christine Lagarde avertissait l’Afrique y a quelques mois des possibilités palpables de crise chinoise, des amateurs de l’IT comme nous ne savions pas encore que cela devrait avoir un coût direct sur nos principaux fournisseurs du bien-être du siècle présent c’est-à-dire – les principales entreprises de l’IT du monde. La matinée boursière du 25 août 2015 affichait :

  • Facebook a cédé 4,61 % à 82,09 $ US ;
  • Twitter laisse 2,71% à 25,17 $ US ;
  • Alphabet (Google) cède -3,73% à 589,61 $ US ;
  • Microsoft cède 3,23% à 41,68 $ US;
  • Amazon lui 6,29% à 463,37 $ US ;

L’indice NASDAQ composite perd ainsi 3,82% ; les chinois sont à pied d’œuvre pour résoudre cette crise mais nous n’avons pas encore fini de dénombrer les effets de cette vague sur la terre ferme du salut de l’Afrique.

 

Cette baisse et le monde IT de l’Afrique :

Plusieurs gouvernements africains parient sur les nouvelles technologies pour atteindre le niveau de production requis à fin de rentrer dans la phase transitoire des pays à revenu intermédiaires et ainsi espérer plus facilement à l’émergence. Les géants du web et de l’IT en général sont des composantes importantes des systèmes de financement de ces politiques de vulgarisation des produits de l’IT en Afrique. Ce sont eux qui boostent l’économie et favorise cette vulgarisation. Une baisse de cotation de leurs actions boursières peut tout simplement entraîner une réduction des investissements et donc une stagnation des projets It à destination de l’Afrique. Plus que l’Europe ou l’Asie elle-même, nous devons tous croiser les doigts pour espérer une gestion rapide de cette crise ou Élaborer des mécanismes de défenses pour protéger l’investissement dans le secteur IT en Afrique.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *