L’Afrique un continent avec un but précis – la technologie (Ex : Kenya)

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

La technologie, un délice qui ne perd jamais son gout, elle est toujours en demande sur notre continent. Le plus gros défi pour les Africains c’est de faire en sorte que la technologie change d’épicentre et que le continent ait son mot à dire sur toutes les avancées de cette dernière.

Le Kenya donne le coup d’envoi pour la révolution scientifique

La technologie un  sujet qui laisse présager une relance du continent en passant d’emblée avec le chef d’orchestre qui n’est rien d’autres que le Kenya. Le pays, avec la vague de jeunes qui ne vivent que pour la technologie, ils innovent, lis apportent leur pierre à l’édifice sur toutes actions en rapport avec la technologie au Kenya. C’est dans ce contexte qu’ils mettent en exergue la révolution scientifique sous la houlette bien sûre du  gouvernement qui s’est engagé à favoriser  cette  noble initiative.
Domaine vital pour le développement économique pour l’Afrique et pour le monde entier. La technologie n’a pourtant pas toujours été le chouchou du continent. Elle était délaissé par les Africains ou pardon c’est elle qui nous avait laissé derrière, avant que les états comme le Kenya trouvent la recette pour qu’elle illumine en fin . En effet, le Kenya a eu le courage de ce lancer dans cet sillage  lors d’un sommet de l’Union africaine (UA), ou les chefs d’Etat ont “instamment demandé” à tous les pays de l’UA de consacrer, d’ici à 2020, au moins 1 % de leur produit intérieur brut (PIB) à la recherche et au développement. Depuis ce jour les pays Africains mettent des moyens importants pour combler leur vide technologique et mieux encore ils créent de la technologie.
Prenant l’exemple du Kenya, ce pays campe le décor en promouvant l’étude de la science et de la technologie chez les jeunes tout en démontrant par les faits les retombées socio-économiques. Plus d’emplois, pouvoir d’achat en nette augmentation, plus de dynamisme…

La Kenya mise sur  la jeunesse pour acquérir la technologie

Les jeunes comme étant la carte a joué du Kenya qui entame sa campagne pour la révolution scientifique commence d’emblée par proclamer en 2007  l’Année de la science et de la technologie en Afrique. Ainsi pour montrer le rôle qu’occupe le technologie dorénavant dans le pays et dans le continent, cette noble initiative sera  vite suivi par la création d’une organisation africaine de la propriété intellectuelle ; pour aider les jeunes auteurs ou créateurs à protéger les innovations locales. Le Kenya ne s’arrête pas là, il lancement une stratégie planifiée sur 20 ans pour enfin permettre aux jeunes de promouvoir la coopération mutuelle dans la recherche en biotechnologie.

 

Quelques chiffres de la Technologie au Kenya : 

Le gouvernement kényan espère que d’ici 2017 la technologie de l’information et de la communication représentera 10% du PIB , en 2015 elle représentait déjà 5,65% u PIB. Le Kenya a investit 7,5 milliards d’euros pour « Konza Techno City« , une ville futuriste hautement technologique à proximité de Nairobi. Plus de 400 000 foyers sont déjà passés au solaire, à l’émission RÉUSSITE sur « A Plus » , on apprenait la semaine passé (semaine du 01 novembre) que plus de 90% des établissements scolaire étaient desservi en énergie solaire au Kenya par le directeur marketing Afrique de Total , monsieur Momar Nguer.

 

Cela montre que le Kenya est en plein course technologique, et va permettre aux jeunes de s’initier continuellement aux nouvelles technologies de l’information et de la communication pour encourager la conception et le développement de solutions technologiques de pointe innovantes, concrètes et efficientes, efficaces et durables pour l’intérêt  du pays et du continent.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *