Le Sénégal numériquement dans la cours des grands – Sénégal numérique 2025

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Le pays de la teranga, de Senghor, de Diouf, de Wade et maintenant de Macky Sall a longtemps songé à se développer surtout sur le plan technologique et numérique; dorénavant son souhait est en train de se réaliser peu à peu.

La teranga numérisée [ le Sénégal]

Oui, le  vent souffle l’air numérique dans notre ambitieux pays le Sénégal, il a dévoilé ses ambitions dans le secteur du numérique et elles sont importantes. On en a rêver depuis parce que la plupart des pays africains sont avancés numériquement sur le Sénégal et il est temps pour un pays comme le notre qui a un potentiel de jeune entrepreneurs important qui veulent montrer leurs talents dans le domaine de la technologique  de se hisser à la haute technologie et c’est en effet ce qui se passe progressivement vite.

D’emblée la teranga campe le décor et le chemin  est maintenant éclairé, les sources de financement identifiées : reste à atteindre les objectifs.

Passage au numérique au Sénégal

L’audace du Sénégal en matière de développement de l’économie numérique est sans équivoque d’ailleurs même le ministère des Postes et des Télécommunications  l’a confirmé lors d’un atelier de partage et de validation du document « Sénégal numérique 2025 », en annonçant un montant évalué à près de 1 300 milliards de francs FCFA pour la circonstance.

« Rien que les investissements des opérateurs de téléphonie sur les technologies de la  4G et sur toutes les autres technologies dans les deux prochaines années vont atteindre 1 000 milliards. Ce sont des chiffres importants, parce que les opérateurs de télécommunication vont investir pour le renouvellement des infrastructures, le développement de leurs réseaux et surtout pour atteindre les objectifs de couverture que l’Etat du Sénégal a fixés dans le cadre du cahier de charges qui leur est imposé», dixit le directeur de cabinet du ministre Malick Ndiaye.

Technologie et croissanceCette somme j’allais dire investissement [1000 milliards] que nos opérateurs devront investir pour permettre au Sénégal de consolider son avance dans l’émergence, dans le domaine des infrastructures et des services  numériques vient à son heure et elle sera étalée sur les 10 années à venir. En effet ces opérateurs [Orange, Tigo et Expresso…] sont le fer de lance de cette initiative et ils devront de par leurs chiffre d’affaires colossaux participer à cette numérisation car ce sont eux les véritables bénéficiaires avec l’aide de l’Etat bien sûr.

De ce fait le pays a besoin d’être en phase avec le numérique pour subsister dans tous les plans et aussi pour atteindre une contribution de la technologie [internet] beaucoup plus importante sur l’économie globale.

 Une jeunesse en phase avec le numérique au Sénégal

Evolution du taux de pénétration internet au Sénégal 2010-2016 :

Autres données internet 2016 pour le Sénégal :

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 143 086 abonnés Internet

  • 7 832 804 abonnés 2G+3G (96,19%)
  • 189 218 clés Internet (2,32%)
  • 102 636 abonnés ADSL (1,27%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,22%)

- 623 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 57,88%

(ARTP, 30 juin 2016)
- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)
- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)


Evolution du taux de pénétration d’internet Mobile au Sénégal 2012-2016 :

Vraisemblablement que cela puisse paraître le Sénégal titille les monstres de la technologie en Afrique à savoir  le Ghana, le Kenya, l’Afrique du Sud, le Nigeria, ou l’Ile Maurice et ces chiffres montrent que le pays tend vers un environnement où les TIC ne seront que les chefs d’orchestres et la jeunesse l’agent de liaison, elle est de plus en plus numérique la jeunesse, avec les applications qu’elle utilise sur leurs téléphones, tablettes ou ordinateurs pour communiquer, travailler ou pour se distraire [par whatsApp, Facebook, twitter, instagram…].  De par sa stabilité [mâcha ALLAH] on est dans ; le Sénégal 2.0 ou j’allais dire web 2.0 et le pays entre en lisse.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *