Les parcs scientifiques et technologiques sous la houlette de l’UNESCO en Afrique de l’Ouest

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Les atouts de la technologie et de la science n’ont pas de limite dans le monde, leurs avancées en Afrique avec l’initiation des parcs scientifiques et technologiques par l’Unesco sont des illustrations éloquentes et attractives pour l’Afrique en matière de technologie et de l’émergence.

 

L’Unesco prône les parcs de l’avenir

L’UNESCO entreprend d’emmener  des parcs scientifiques et technologiques en Afrique de l’Ouest. Dans l’optique d’être en phase avec les avancées du monde,  l’Unesco mise sur la science et la technologie pour atteindre des objectifs du millénaire (OMD) dont le point focal est le développement en Afrique. L’atelier régional qu’a prôné l’Unesco a regroupé huit pays de la sous-région Afrique de l’Ouest à savoir le Ghana, le Nigéria, le Liberia, la Sierra Leone, le Togo, le Bénin, la Guinée et la Côte d’Ivoire. Cet atelier était sous la houlette du représentant résident de l’UNESCO à Abidjan, Ydo Yao

Dans le but de mettre le continent dans une dynamique de développement économique et d’innovation nationale et régionale. L’Unesco, par le biais de ces parcs technologiques, scientifiques et attractifs tient à catalyser l’évolution économique, scientifique et technologique de l’Afrique de l’Ouest. Il n’est plus à ce jour utile de démontrer que la Science et la technologie qui sont des moteurs de croissance, qui apportent une stabilité soit un gage de réussite économique pour le continent Africain. Du coût de véritables opportunités d’investissements supplémentaires sont donc à prévoir dans ces secteurs pour les consommateurs africains et ceux du reste du monde.

 

La cote d’Ivoire premier servi en Afrique de l’ouest par l’Unesco

Ces parcs technologiques et scientifiques sont considérés comme un outil important et très efficace pour le développement d’un pays. D’ailleurs Ydo Yao, le représentant résident de l’UNESCO à Abidjan la indiqué par ces propos ; « La science et la technologie boostent le développement et permettent d’utiliser les résultats de la recherche pour promouvoir le développement. Les défis pour la Côte d’Ivoire et les pays d’Afrique, c’est comment utiliser les résultats de la recherche scientifique », a indiqué Yao Ydo.

L’Unesco a pour ambition de renforcer les capacités des experts et gestionnaires des parcs scientifiques, technologiques et d’ingénierie (STI) pour l’élaboration d’un cadre stratégique et d’un plan d’actions pour faire émerger la cote d’Ivoire en matière économique, scientifique et technologique.

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *