Vers une domination kenyenne de l’IT en Afrique – Afrique IT

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

La volonté politique est de faire de par la technologie un apport de plus de 10% de la production intérieur brute du pays en 2017 (soit plus de 3 610 millions $ US). Dans ce sens depuis 2007 le gouvernant kenyan a consentit des efforts pour s’aligner et se démarquer, ce qui est déjà chose faites depuis 2012, désormais le pays vise détrôner l’Afrique du sud, le réputé pionner précurseur d’Afrique en technologie de l’information.

 

En effet le gouvernement kenyan a décidé de renforcer son investissement pour le secteur de la technologie de l’information pour que ce dernier passe de 3% à 10% du PIB. Dw.com nous informe que depuis la mise en place du câble de fibre optique en 2009, le Kenya est devenu un vrai hub des technologies en Afrique surtout boosté par son projet de ville connecté « Silicon Savannah »   à 1h de la capitale, ses applications et sa matière grise.

Les grandes universités de la capitale du pays sont équipées de laboratoires de technologies et le gouvernement veut équiper les écoles de 1,3 millions d’ordinateurs portables. En outre il prévoit de financer chaque année la création de 50 entreprises IT sous forme de start up (petite entreprise à forte croissance à court terme) , des jeunes entreprises technologiques, et d’attirer encore plus d’investisseurs étrangers grâce à des avantages fiscaux.

Le Kenya fait partir des quelques pays africains qui battent les records de connexion et d’interactivité web au niveau continental. L’année 2014, le Kenya était le 5ème pays africain le plus connecté avec plus de 16 713 319 internautes sur plus de 43 millions d’habitants derrière. La même année 2014, donc l’année passé ; le Kenya était le 4 ème pays le plus ouvert au web avec un rand ODB  (Open Data Barometer) de 49 derrière l’Afrique du sud, le Rwanda et le Ghana.  Le Kenya se distingue aussi par sa capacité à concurrencer les pays du nord et à s’aligner sur les technologies. On dénombre aussi dans ce pays des talents de la technologie comme on se rappel du Nokia Challenge remporté par Virtual city.

Les statistiques ne manquent pas, les autres pays africains devraient s’inspirer, quant à nous, nous sommes heureux de voir depuis 2012 un compagnon de taille à l’Afrique du sud, pour une Afrique plus forte et un monde équilibré.

 

Share on FacebookShare on Google+Share on LinkedInTweet about this on TwitterEmail this to someoneDigg this

Votre commentaire

commentaires

One thought on “Vers une domination kenyenne de l’IT en Afrique – Afrique IT

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *